Vous êtes ici

Com., 28 oct. 2008, n° 06-16108

Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDF

Motif : "appréciant la compétence de la juridiction française au regard de l'article 3 du Règlement CE n° 1346/2000 du 29 mai 2000 (…), l'arrêt après avoir relevé que M. X..., de nationalité allemande, ne dispose en France, en tant que sous-locataire, que d'une chambre meublée de 15 m² qu'il n'occupe que de manière irrégulière, tandis qu'il a un emploi dans une entreprise en Allemagne et que ses créanciers sont uniquement des établissements bancaires allemands, retient qu'il n'a pas en France, à la date de l'introduction de la demande, le centre de ses intérêts principaux, lequel s'entend du lieu où le débiteur gère habituellement ses intérêts et qui est donc vérifiable par les tiers".

Doctrine: 

BJS 2009. 171, note F. Mélin

D. 2009. Pan. 1566, obs. F. Jault-Seseke

Sites de l’Union Européenne

 

Tweets

  • RT : Revue Propriété industrielle, n° septembre, dossier consacré au secret d'affaires. Un grand merci à Edouard Treppoz… https://t.co/f6g9FZyil8 Il y a 2 heures 33 min
  • RT : "If Brexit means judgments are not enforceable on the continent Frankfurt and Paris could lure business to their ne… https://t.co/p6wSqI01oZ Il y a 3 jours 3 heures
  • RT : Les funérailles ne relèvent pas de l’état et la capacité des personnes. Elles relèvent des libertés individuelles… https://t.co/SypWYBUI7b Il y a 4 jours 10 min

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer